Discussion / Entretien

Lors d’une discussion / entretien avec une personne qui n’a jamais été dépistée.1 

Consultation TSO

Lors d’une consultation TSO (traitement de substitution aux opiacés), le médecin peut introduire la discussion concernant l’hépatite C et proposer éventuellement un dépistage1

Don de matériel de RDR

Lors d’un don de matériel de RDR (réduction des risques). En effet les usagers de drogues constituent une population particulièrement exposée. La prévalence du VHC chez cette population est de 44%2  et 70% des nouvelles contaminations annuelles par le VHC concernent les UD3. Il est donc très important de sensibiliser cette population au dépistage de l’hépatite C.1

Consultation en prison

Lors d’une consultation en prison. Les personnes détenues ou qui sortent de prison présentent une exposition plus élevée aux risques de contamination par le VHC que la population générale1.


 

Plus une personne sera informée et se sera approprié l’information, moins cette personne sera déstabilisée par l’annonce d’une sérologie positive et moins elle aura besoin de temps pour accepter la maladie et s’engager dans une démarche de soin1.

 

Dédramatiser le dépistage

Quel que soit le résultat de la sérologie, il est important pour le patient de le connaître :

  • Soit il est négatif : le patient n’est pas atteint de l’hépatite C.
  • Soit il est positif : et il est informé qu’aujourd’hui on peut guérir de l’hépatite C ! Les stratégies thérapeutiques actuelles utilisées contre l’infection par le VHC permettent d’espérer plus de 95% de guérison virologique et ont un bon profil de tolérance4. De plus, ces nouveaux traitements par AAD (Anti-viraux à Action Directe), ont l’avantage d’être de courtes durées (8 à 12 semaines dans la majorité des cas, et 16 à 24 semaines dans de plus rares cas)5,10.

Capitaliser sur des outils non invasifs tels que les TROD ou le buvard qui sont

  • Indolores
  • Non invasifs
  • Résultat quasi immédiat
  • Adaptés aux personnes avec des veines fragiles

Une goutte de sang suffit pour dépister le virus


Créer une dynamique autour de l’hépatite C

Organisation d’animations autour de l’hépatite C comme des journées ou semaines de dépistage pour mobiliser les patients qui ne se sont pas encore fait dépister. 

Faire témoigner des usagers pairs dans les populations vulnérables pour6

  • Promouvoir un rapport de parité entre professionnels et usagers
  • Faciliter les échanges
  • Partager des expériences de vie et les impliquer en tant qu’acteurs de la prévention et de la réduction des risques.

Informer le patient

  •  Sur les conséquences du VHC : les manifestations extra hépatiques, le risque de cirrhose et de carcinome hépatocellulaire3. Ainsi que sur les changements positifs que peuvent amener la guérison : stabilisation et/ou faire la régression des lésions hépatiques, amélioration de la qualité de vie (diminution de la fatigue par exemple)8.

Pour cela vous pouvez vous aider des documents mis à votre disposition pour vos patients en cliquant ici

  • Beaucoup de patients connaissent les anciennes générations de traitement contre le VHC. Aujourd’hui grâce aux nouveaux AAD les traitements sont plus efficaces, mieux tolérés que les anciens traitements et de courtes durées (8 à 12 semaines dans la majorité des cas et 16 à 24 semaines dans de plus rares cas)5,7,9.

Informer le patient sur ces nouveaux traitements peut permettre de le rassurer et de l’insérer dans une démarche de soin1.

Utiliser le Fibroscan®


Utiliser le Fibroscan® donne le sentiment au patient de « visualiser » son foie. Cet examen peut favoriser l’accès au soin du patient et être un levier pour le dépistage : la visualisation permet au patient de rendre leur maladie plus concrète et visible pour eux-même1 .

Pour en savoir plus sur le Fibroscan® consultez notre article dédié à la prise en charge du VHC




  1. GRVS. Hépatite C : Renouvellement des stratégies en CAARUD et CSAPA. Mai 2018.
  2. Weill-Barillet L, et al. Hepatitis C virus and HIV seroprevalences, sociodemographic characteristics, behaviors and access to syringes among drugusers, a comparison of geographical areas in France, ANRS-Coquelicot 2011 survey. Rev Epidemiol Sante Publique. 2016;64(4):301.
  3. AFEF. Association Française pour l’Étude du Foie. Recommandations AFEF sur la prise en charge de l’hépatite C virale - Mars 2017  
  4. Association française pour l’étude du foie. Recommandations AFEF pour le diagnostic et le suivi non invasif des maladies chroniques du foie - Juillet 2020.
  5. HAS. Prise en charge de l’hépatite C par les médicaments antiviraux d’action directe (AAD). Élargissement du périmètre de remboursement - Décembre 2016.
  6. Livre blanc sur l’accès aux soins des populations vulnérables pour l’hépatite C. Avril 2018.
  7. OMS. Lignes directrices pour le dépistage, les soins et le traitement des personnes ayant une infection chronique avec le virus de l’hépatite C. 2016
  8. HAS. La prise en charge de votre maladie : l’hépatite C chronique. Vivre avec une hépatite C chronique. Guide ALD. Avril 2007
  9. Pol S. L’hépatite C face au défi de la guérison. Rev Prat 2018; 68;269-75 
  10. AFEF. Recommandations pour l’élimination de l’infection par le virus de l’hépatite C en France. Mars 2018

FR-VHCV-200060-02/2021