Évaluation globale1

  • L’échelle de Hoehn et Yahr (1967) évalue la sévérité globale de la maladie de Parkinson selon 5 stades.
  • Celle ci est peu sensible mais permet un classement fiable des patients
Stade 1 Maladie unilatérale
Stade 1,5 Maladie unilatérale avec atteinte axiale
Stade 2 Maladie bilatérale sans trouble de l’équilibre
Stade 2,5 Maladie bilatérale légère avec rétablissement lors du test de la poussée
Stade 3 Maladie bilatérale légère à modérée : une certaine instabilité posturale, physiquement autonome 
Stade 4 Handicap sévère : toujours capable de marcher ou de se tenir debout sans aide
Stade 5 Malade en chaise roulante ou alité, n’est plus autonome


Évaluation globale1

 

Ce sont des échelles qui permettent de mesurer les conséquences de la maladie de Parkinson sur les activités de la vie quotidienne : 

  • L’échelle de Schwab et England apprécie globalement le degré d’autonomie du patient de  0% (alité, troubles végétatifs) à 100% (totalement indépendant).
 
  • La PDQ-39 (Parkinson Disease Questionnaire) teste 39 items sur 8 dimensions (mobilité, activités de la vie quotidienne, bien-être affectif, gêne psychologique, soutien social, troubles cognitifs, communication, inconfort physique). La PDQ 39 est fiable et validée. Elle est spécifique de la maladie et sensible aux changements.
  • La PDQ-8 est sa déclinaison dans une forme abrégée : elle utilise les 8 items les plus représentatifs de la PDQ 39.

La MDS-UPDRS (Movement Disorder Society sponsored revision of the Unified Parkinson’s Disease Rating Scale) est la version révisée de l’UPDRS par la Movement Disorder Society (MDS). Elle est à ce jour un outil validé avec un bon niveau de preuve2.

Cette échelle comporte plusieurs sections utilisables séparement2

Partie I : expériences non motrices de la vie quotidienne ;
Partie II : expériences motrices de la vie quotidienne (élocution, habillage, écriture, marche…) ;
Partie III : examen moteur ;
Partie IV : complications motrices (dyskinésies, fluctuations motrices, dystonie du off).


Les fonctions cognitives1

 
  • Le MOCA (Montreal Cognitive Assessment), recommandé par le GRECO (Groupe de Réflexion sur les Evaluations  COgnitives), en complément de l’UPDRS, succincte dans sa partie I sur ce plan, est simple, fiable et reproductible.
  • La Mattis est préférée au MOCA pour l’exploration des déficits cognitifs sous-cortico frontaux.

L’état psychique1

 

Il existe des échelles spécifiques pour évaluer l’état psychique du patient sur la dépression (échelle de dépression d’Hamilton, échelle MADRS), l’anxiété (échelle d’anxiété d’Hamilton), l’apathie (échelle d’apathie de Starkstein)…

  • L’échelle de dépression d’Hamilton comporte 17 items qui évaluent les symptômes psychologiques et végétatifs de la dépression, le score varie de 0 à 52 points.
  • L’échelle MADRS (Mongomery and Asberg Depression Rating Scale) plus adaptée car moins faussée par les symptômes parkinsoniens. Elle est fiable, validée et sensible. Elle comprend 10 items cotés de 0 (normal) à 6 (perturbations maximales).

Les fluctuations motrices et dyskinésies1

 

La section IV de l’UPDRS permet une évaluation des complications du traitement, au cours de la dernière semaine. Cela concerne les dyskinésies et les fluctuations motrices incluant la dystonie en état de OFF. Cette évaluation reposant en grande partie sur l’interrogatoire du patient reste cependant subjective. Pour une évaluation plus complète et objective des dyskinésies, il existe d’autres échelles plus spécifiques dont l’échelle unifiée d’évaluation des dyskinésies (UDysRS). Cependant, cette dernière échelle est utilisée de façon générale dans le cadre de travaux de recherche et non en pratique clinique.


Les symptômes non moteurs

  • Le score NMSS (Non-Motor Symptoms Scale) est une échelle d’évaluation des symptômes non moteurs composée de 30 items couvrant 9 domaines (cardiovasculaire, fatigue/sommeil, cognition, problèmes de perception, attention/mémoire, gastro-intestinal, urinaire, fonction sexuelle et divers). L’échelle est cotée de 0 (absence d’incapacité) à 360 (incapacité la plus importante).
  • Le score PDSS (Parkinson’s Disease Sleep Scale) est une échelle d’évaluation des troubles du sommeil dans la maladie composée de 15 items et cotée de 0 (le plus de troubles) à 150 (le moins de troubles).


  1. ANAES. Conférence de consensus. La Maladie de Parkinson : critères diagnostiques et thérapeutiques. Texte des recommandations . 3 mars 2000.
  2. Site internet « international » Parkinson and Movement Disorder Society https://www.movementdisorders.org/ - MDS-Uni]ed Parkinson’s Disease Rating Scale (MDS-UPDRS) traduction française : https://www.movementdisorders.org/MDS-Files1/PDFs/MDS-UPDRS-Rating-Scales/MDS_UPDRS_French_Offical_Translation_FINAL.pdf

FR-NEUR-210004 - 03/2021