Que sont les MICI ?

Les MICI sont des maladies inflammatoires chroniques qui se caractérisent par l’inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif. Elles regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH) 1.

Elles touchent plus de 225 000 personnes en France 2.

Les MICI sont le plus souvent diagnostiquées chez des personnes atteintes jeunes (20 à 35 ans) et 15% des cas concernent des enfants 1.

La maladie retentit sur la vie professionnelle ou scolaire (71%), la vie familiale (68%), les loisirs (78%), la vie affective (46%) et la vie sociale (43%) des patients 3

Les MICI se manifestent au moment des poussées par des douleurs abdominales, des diarrhées fréquentes, parfois sanglantes, et des atteintes de la région anale comme une fissure ou un abcès 1.

L’origine des MICI

L’étiologie des MICI est inconnue et différents facteurs peuvent déclencher ces pathologies. La maladie de Crohn et la RCH sont dites multifactorielles 4.

Facteurs déclencheurs des MICI (Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin)4

Les MICI sont induites par une réaction immunitaire inappropriée contre la flore bactérienne intestinale chez les personnes ayant une prédisposition génétique et exposées à un ou plusieurs facteurs environnementaux 4.

Les lésions caractéristiques des MICI

La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique ciblent toutes les deux le tube digestif mais à des niveaux différents :

• La maladie de Crohn peut atteindre tous les segments du tube digestif de la bouche à l’anus de façon discontinue 5.

• La RCH atteint le rectum et parfois tout le côlon ou une partie de façon continue 6.

Zones intestinales atteintes dans la maladie de Crohn (A)
et la rectocolite hémorragique (B) 7

Les manifestations extra-digestives des MICI

Les MICI s’accompagnent dans 20% des cas, de manifestations extra-digestives qui touchent différents organes 8. Ces manifestations peuvent-être articulaires, dermatologiques, oculaires ou encore hépato-biliaires, nutritionnelles et thrombo-emboliques.

Articulaires

25%

  • Douleurs
  • Gonflements des articulations
  • Arthralgies périphériques
  • Arthralgies aiguës et douloureuses
  • Arthralgies centrales (axiales)

Cutanéo-muqueuses

15%

  • Atteintes cutanées
  • Erythème noueux
  • Lésion ulcérante
  • Ulcères aphteux
    Pyoderma gangrenosum

Oculaires

5%

  • Uvéites
  • Episclérites
  • Conjonctivite

Autres

 

  • Atteintes hépato-biliaires
  • Dénutrition, carence protéique et vitaminique
  • Thrombo-embolie
  • Troubles de l’ostéosynthèse

Manifestations extra-digestives pouvant accompagner une MICI 8

Le diagnostic

Le diagnostic de ces maladies repose sur des critères cliniques, biologiques et sur l’imagerie médicale 1.

  • L’examen biologique permet d’identifier un syndrome inflammatoire avec la présence de marqueurs spécifiques.
    Dans les selles, le dosage de la calprotectine qui permet aussi d’évaluer par la suite l’efficacité des traitements.
  • Les endoscopies digestives identifient la présence des lésions digestives et permettent de réaliser des prélèvements.

Les traitements des MICI 5,6

Il n’existe pas de traitement curatif des MICI. Les médicaments ont pour objectif de mettre la maladie sous contrôle, c’est-à-dire de prévenir l’apparition des poussées, prolonger les phases de rémission, favoriser la cicatrisation des lésions.

Lorsque la maladie est évolutive et non contrôlée avec les traitements traditionnels, les médecins ont recours aux traitements biologiques.

  • L’éducation thérapeutique du patient : elle comprend une information sur la maladie, ses conséquences et ses traitements. Elle vise à favoriser l’autonomie du patient en insistant sur l’observance.
  • L’hygiène de vie : l’alimentation n’influe pas sur le cours de la maladie et doit rester équilibrée. Lors de poussées importantes, un régime d’épargne intestinale, restreint en fruits et légumes, peut être prescrit à titre provisoire.

   Concernant la maladie de Crohn, l’arrêt du tabac fait partie intégrante du traitement de la maladie. Une aide au sevrage tabagique peut être proposée.

  • La prise en charge psychologique et sociale : la prise en charge médicale doit tenir compte du retentissement psychologique de la maladie et faire intervenir un psychologue, si nécessaire.

   Les associations de patients ont un rôle de soutien important.

La prise en charge thérapeutique varie selon l’état de la pathologie. En effet, celle-ci sera différente si le patient est en période de poussée, de stabilisation ou de rechute.

  1. Inserm. MICI. Disponible sur www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/maladies-inflammatoires-chroniques-intestin-mici. Consulté le 09/12/2019.
  2. Ameli.fr. Maladies inflammatoires ou rares ou VIH. 2017. Disponible sur le site : https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/etudes-en-sante-publique/cartographie-des-pathologies-et-des-depenses/fiches-par-pathologie/maladies-inflammatoires-ou-rares-ou-vih.php. Consulté le 05/11/2019.
  3. AFA. Enseignements de l’enquête « regards sur les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI) ». https://www.afa.asso.fr/article/archives/2007-1/200703-enseignements-de-lenquete-qregards-sur-les-maladies-inflammatoires-chroniques-de-lintestin-mici.html. Consulté le 09/12/2019.
  4. Sartor RB. Mechanisms of disease: pathogenesis of Crohn’s disease and ulcerative colitis. Nat Clin Pract Gastroenterol Hepatol. 2006;3(7):390-407.
  5. HAS. Guide Affection de longue durée. Maladie de Crohn. Mai 2008.
  6. HAS. Guide Affection de longue durée. Rectocolite hémorragique evolutive. Mai 2008.
  7. D’après Cadiot G et al. Gastro-entérologie Nouvelle edition – Agence universitaire de la Francophonie. 2005, p 523.
  8. Dalibon P. Maladie de Crohn et rectocolite ulcéro-hémorragique, de grandes similitudes. Actualités Pharmaceutiques. 2015;54(545):20-24.
  9. Klotz C, et al. Prise en charge de la maladie de Crohn. La Presse Médicale – Gastro-entérologie 2015;44(4):411-417. Avril 2015.
  10. Vidal Recos. Maladie de Crohn. Disponible sur le site : https://www.vidal.fr/recommandations/3751/crohn_maladie_de/prise_en_charge/. Mise à jour le 19/11/2019. Consulté le 11/12/2019.
  11. Observatoire National des MICI. EPIMAD : Le plus grand registre au monde. Disponible sur le site : http://www.observatoire-crohn-rch.fr/epimad-le-plus-grand-registre-de-malades-au-monde/. Consulté le 11/12/2019.
  12. Vidal Recos. Rectocolite hémorragique. Disponible sur le site : https://www.vidal.fr/recommandations/4021/rectocolite_hemorragique/la_maladie/. Mise à jour le 19/11/2019. Consulté le 11/12/2019.
  13. HAS. La prise en charge de votre maladie de Crohn. Vivre avec une maladie de Crohn. Octobre 2008.
  14. Programme PNNS - https://www.mangerbouger.fr/PNNS - consulté le 2 juillet 2020.
  15. CREGG. Alimentation et MICI. Disponible sur le site : https://www.cregg.org/fiches-recommandations/alimentation-et-mici/. Consulté le 11/12/2019.
  16. AFA. FAQ – Que boire quand on a une MICI ? Disponible sur le site : https://www.afa.asso.fr/article/nutrition-1/faq/que-boire-quand-on-a-une-mici.html. Consulté le 11/12/2019.
  17. CHUM. Maladie de Crohn – Comment le tabac influence la maladie. 2017. Disponible sur le site : https://www.chumontreal.qc.ca/fiche/maladie-de-crohn-comment-le-tabac-influence-la-maladie. Consulté le 11/12/2019.
  18. INSERM. Sommeil : La santé vient en dormant, Science & santé, mars avril 2017, numéro 35, page 26.
  19. Bonaz B. Stress et MICI. AFA, 2007. Disponible sur : https://www.afa.asso.fr/article/archives/2007-1/200701-stress-et-mici.html. Consulté le 11/12/2019.
  20. AFA. Sport et MICI, 2013. Disponible sur : https://www.afa.asso.fr/article/vivre-avec/bouger-avec/sport.html?page=&print=1&tmpl=component. Consulté le 11/12/2019.
  21. Ghosh et al. Development of the IBD Disk: A Visual Self-administered Tool for Assessing Disability in Inflammatory Bowel Diseases, Mars 2017;

FR-IMMG-190045 - Date de publication : 11/2020