Ce qui a été démontré avec l’immunochimiothérapie

Le développement de l’immunochimiothérapie a permis d’atteindre les critères de réponse standards pour la majorité des patients traités. La MRD permet alors de mieux apprécier la profondeur de réponse obtenue dans les essais cliniques.1,6

Les critères d’efficacité dans les essais cliniques de la LLC

L’OS est souvent considérée comme le « gold standard » pour mesurer l’efficacité dans les essais cliniques de phase III. À la différence des leucémies aigües, dans la LLC, son évaluation nécessite une longue période de suivi. 2,7,11

De même que pour l’OS, la durée de suivi nécessaire pour évaluer la PFS communément utilisée comme critère de substitution, s’est vue allongée avec l’amélioration des traitements. 7

Afin d’accélérer l’approbation de nouveaux traitements, d’autres critères tels que le taux de réponse (complète ou partielle) peuvent être utilisés mais présentent des limites : ils ne permettent pas de mesurer de manière précise et quantitative les faibles niveaux de maladie résiduelle après l’arrêt du traitement. 7,11

La MRD indétectable est associée à la survie sans progression (PFS)

  • Dans une méta-analyse basée sur l’immunochimiothérapie, il a été démontré pour la première fois que la MRD était corrélée à la PFS, permettant ainsi de prédire la PFS à l’aide de la mesure de la MRD dans la moelle osseuse.1,8
  • De nombreux essais de phase III ont aujourd’hui montré qu’une MRD indétectable (< 10-4) était associé à une PFS significativement plus longue.1,9

La MRD indétectable est associée à la survie globale (OS)

  • Une corrélation entre l’obtention d’une MRD indétectable et une survie globale améliorée a également été démontrée avec plusieurs associations d’immunochimiothérapie.1,5,6


Les Guidelines iwCLL rappellent la valeur pronostique forte et positive d’une MRD indétectable.4

Le bénéfice en termes de PFS est indépendant du type de traitement, de la ligne de traitement ou du nombre de cycles d’immunochimiothérapie.2,6,7

Le bénéfice en termes de PFS et d’OS est indépendant des critères de réponse partielle ou complète.1,5,6

  • Lorsque la MRD est indétectable, les patients en réponse complète ou partielle ont une PFS comparable.5
  • De plus, les patients en réponse complète avec une MRD positive ont une PFS inférieure à ceux en réponse partielle avec une MRD indétectable.5


Exemples de courbes d’OS et de PFS de type Kaplan-Meier

Selon le statut de MRD des patients après la prise de traitement (immunochimiothérapie)12

  • Etude réalisée sur 493 patients atteints de LLC et traités par de l’immunochimiothérapie.
  • La MRD a été évaluée sur 1775 échantillons de sang et de moelle osseuse.

Une MRD indétectable (< 1 cellule LLC sur 104
cellules) est associée à une PFS plus longue

Une MRD indétectable (< 1 cellule LLC sur 104
cellules) est associée à une OS plus longue





ASO-PCR : Allele-specific oligonucleotide-polymerase chain reaction
CMF : Cytométrie en flux
ERIC : European Research Initiative on CLL
EMA : European Medicines Agency
iwCLL : International Workshop on Chronic Lymphocytic Leukemia
NGS : Next Generation Sequencing
OS : Overall Survival (Survie globale)
PCR : Polymerase Chain Reaction (réaction de polymérisation en chaîne)
PFS : Progression Free Survival (Survie sans progression)
TDM : Tomodensitométrie
TEP : Tomographie par Emission de Positons
TRO : Taux de Réponse Objective

  1. Heltai S, et al. Relevance of Minimal residual disease in the era of targeted agents. Cancer J 2019;25:410-17. 
  2. Thompson PA, et al. Eliminating minimal residual disease as a therapeutic end point: working toward cure for patients with CLL. Blood 2016;127:279-86.
  3. Tomuleasa C, et al. Minimal residual disease in chronic lymphocytic leukemia: a consensus paper that presents the clinical impact of the presently available laboratory approaches. Crit Rev Clin Lab Sci 2018;55:329-45.
  4. Hallek M, et al. iwCLL guidelines for diagnosis, indications for treatment, response assessment, and supportive management of CLL. Blood 2018;131:2745-60.
  5. Gauthier M, et al. Maladie résiduelle minime dans la leucémie lymphoïde chronique : un enjeu restant d’actualité. Bull Cancer 2018;105:1042-51.
  6. Del Giudice I, et al. Minimal residual disease in chronic lymphocytic leukemia: a new goal? Front Oncol 2019;9:689.
  7. Owen C, et al. Use of minimal residual disease assessment in the treatment of chronic lymphocytic leukemia. Leuk Lymphoma 2017;58:2777-85.
  8. Fürstenau M, et al. Minimal Residual Disease Assessment in CLL: Ready for Use in Clinical Routine? Hemasphere 2019;3:5.
  9. Thompson M, et al. Minimal residual disease in chronic lymphocytic leukemia in the era of novel Agents: a review. JAMA Oncol 2018;4:394-400.
  10. Hallek M, et al. Guidelines for the diagnosis and treatment of chronic lymphocytic leukemia: a report from the international workshop on chronic lymphocytic leukemia updating the national cancer institute-working group 1996 guidelines. Blood 2008;111:5446-56. 
  11. Beauchemin C, et al. Relationship between progression-free survival and overall survival in chronic lymphocytic leukemia: a literature-based analysis. Curr Oncol 2015;22:e148-56.
  12. Böttcher S, et al. Minimal Residual Disease Quantification Is an Independent Pedictor of Progression-Free and Overall Survival in Chronic Lymphocytic Leukemia: A Multivariate Analysis From the Randomized GCLLSG CLL8 Trial. J Clin Oncol 2012;30:980-88.
  13. Lazarian G, et al. Clinical Implications of Novel Genomic Discoveries in Chronic Lymphocytic Leukemia. J Clin Oncol 2017;35:984-93.

FR-ONCC-200019 - 12/2020