Méthodes de détection de la MRD

Aujourd’hui, deux méthodes standardisées pour évaluer la MRD dans la LLC sont considérées comme équivalentes.5

Méthode 1 : la cytomérie en flux (CMF)

  • Principe dans la LLC : détection basée sur l’expression anormale de marqueurs membranaires par les cellules leucémiques à l’aide de  combinaisons de plusieurs anticorps marqués par fluorochromes (“couleurs”), dirigés contre les marqueurs membranaires d’intérêt.5,6
  • Le nombre de couleurs utilisées est passé de 2-3 couleurs lors des premières études à 8-10 couleurs aujourd’hui.6
  • On peut atteindre aujourd’hui une meilleure sensibilité allant de 10-5 à 10-6 soit 1 cellule leucémique sur 100 000 voire 1 000 000.2,5

Méthode 2 : biologie moléculaire par PCR

  • Principe dans la LLC :  détection basée sur le réarrangement du gène de la chaine lourde de l’immunoglobuline spécifique du clone leucémique, à l’aide d’amorces consensus (sondes) et par hybridation et amplification.5
  • Aujourd’hui, la technique d’ASO-PCR (allele-specific oligonucleotid PCR) nécessite la fabrication d’amorces spécifiques de chaque patient avant traitement.5
  • Cette technique permet aujourd’hui d’obtenir une sensibilité allant jusqu’à 10-5 à 10-6.2,8


La détection de la MRD dans la LLC a plus récemment été marquée par le développement du séquençage de nouvelle génération (NGS).3

Le séquençage de nouvelle génération (NGS)

 
  • Principe dans la LLC : détection basée sur le réarrangement IGVH du patient3 après amplification par PCR de tous les segments du gène IGH en utilisant des amorces consensus non spécifiques du patient puis séquençage.8
  • Cette méthode permet une analyse plus poussée du réarrangement génétique, et ainsi de la diversité génétique que la PCR simple.6
  • Les études utilisant la méthode NGS dans d’autres hémopathies malignes ont montré des résultats très encourageants :
    • Réduction des faux négatifs3
    • Augmentation de la sensibilité (jusqu’à 10-5 – 10-6)2,3
  • Peu de données sont encore disponibles dans la LLC, et cette méthode nécessitera d’être validée et standardisée mais elle présente d’importants espoirs en termes de sensibilité.1,5,6,8


Standardisation de la mesure de la MRD

La standardisation et la fiabilité de la mesure de la MRD sont essentielles pour pouvoir envisager son utilisation en pratique quotidienne.1,6,9 
Cela nécessite de répondre à un certain nombre de questions.

Selon les Guidelines iwCLL et les recommandations de l’EMA, l’évaluation peut se faire dans le sang de façon générale, et, si elle y est indétectable être confirmée dans la moelle osseuse.4,7

Car un patient peut présenter une MRD indétectable dans le sang mais persistante dans la moelle osseuse, d’autant plus que certains traitements ciblent de façon privilégiée les cellules B circulantes, induisant ainsi une clairance de la MRD plus précoce dans le sang.2,4,5,8

Le moment du prélèvement par rapport au traitement peut impacter les résultats.8,9

De plus, la durée de réponse et le temps de réponse peuvent varier en fonction du traitement.9

La standardisation des temps de prélèvement est un élément clé pour permettre la comparaison des résultats dans les études cliniques.9

Cependant, il n’existe à ce jour pas de recommandations.10

Les Guidelines iwCLL recommandent l’utilisation de méthodes standardisés (CMF et PCR) dans les essais cliniques évaluant le taux de réponse.4,6

La CMF est aujourd’hui la méthode la plus fréquemment utilisée pour plusieurs raison1,2,5 :

  •  La CMF est une méthode largement disponible et standardisée et a été validé par un consortium international sous l’égide de l’ERIC.1,6
  •  La PCR est une technique qui nécessite davantage de temps et la formation des laboratoires d’analyse.5
  •  Les techniques de PCR et de NGS sont des techniques plus coûteuses.5.9

Si l’utilisation de certaines techniques permet d’obtenir des seuils de quantification plus faibles (10-5 à 10-6), le seuil de 1 cellule leucémique sur 10 000 (10-4) reste aujourd’hui celui permettant de conclure à une MRD indétectable.3,5,6

A ce jour, il existe peu de données permettant de conclure sur l’intérêt clinique apporté par un seuil de détection inférieur.1,8



ASO-PCR : Allele-specific oligonucleotide-polymerase chain reaction
CMF : Cytométrie en flux
ERIC : European Research Initiative on CLL
EMA : European Medicines Agency
iwCLL : International Workshop on Chronic Lymphocytic Leukemia
NGS : Next Generation Sequencing
OS : Overall Survival (Survie globale)
PCR : Polymerase Chain Reaction (réaction de polymérisation en chaîne)
PFS : Progression Free Survival (Survie sans progression)
TDM : Tomodensitométrie
TEP : Tomographie par Emission de Positons
TRO : Taux de Réponse Objective

  1. Heltai S, et al. Relevance of Minimal residual disease in the era of targeted agents. Cancer J 2019;25:410-17. 
  2. Thompson PA, et al. Eliminating minimal residual disease as a therapeutic end point: working toward cure for patients with CLL. Blood 2016;127:279-86.
  3. Tomuleasa C, et al. Minimal residual disease in chronic lymphocytic leukemia: a consensus paper that presents the clinical impact of the presently available laboratory approaches. Crit Rev Clin Lab Sci 2018;55:329-45.
  4. Hallek M, et al. iwCLL guidelines for diagnosis, indications for treatment, response assessment, and supportive management of CLL. Blood 2018;131:2745-60.
  5. Gauthier M, et al. Maladie résiduelle minime dans la leucémie lymphoïde chronique : un enjeu restant d’actualité. Bull Cancer 2018;105:1042-51.
  6. Del Giudice I, et al. Minimal residual disease in chronic lymphocytic leukemia: a new goal? Front Oncol 2019;9:689.
  7. Owen C, et al. Use of minimal residual disease assessment in the treatment of chronic lymphocytic leukemia. Leuk Lymphoma 2017;58:2777-85.
  8. Fürstenau M, et al. Minimal Residual Disease Assessment in CLL: Ready for Use in Clinical Routine? Hemasphere 2019;3:5.
  9. Thompson M, et al. Minimal residual disease in chronic lymphocytic leukemia in the era of novel Agents: a review. JAMA Oncol 2018;4:394-400.
  10. Hallek M, et al. Guidelines for the diagnosis and treatment of chronic lymphocytic leukemia: a report from the international workshop on chronic lymphocytic leukemia updating the national cancer institute-working group 1996 guidelines. Blood 2008;111:5446-56. 
  11. Beauchemin C, et al. Relationship between progression-free survival and overall survival in chronic lymphocytic leukemia: a literature-based analysis. Curr Oncol 2015;22:e148-56.
  12. Böttcher S, et al. Minimal Residual Disease Quantification Is an Independent Pedictor of Progression-Free and Overall Survival in Chronic Lymphocytic Leukemia: A Multivariate Analysis From the Randomized GCLLSG CLL8 Trial. J Clin Oncol 2012;30:980-88.
  13. Lazarian G, et al. Clinical Implications of Novel Genomic Discoveries in Chronic Lymphocytic Leukemia. J Clin Oncol 2017;35:984-93.

FR-ONCC-200019 - 12/2020