La surveillance des patients

La surveillance est l’élément clé de la prise charge. Elle repose sur 2 types de suivi 2,3,4 :

 

Suivi invasif

Les examens endoscopiques et histologiques ont une bonne valeur prédictive mais leur utilisation répétée est limitée en raison de leur caractère invasif.
 


Suivi non invasif

Le suivi clinique, l'imagerie et les marqueurs sériques et fécaux, de meilleure acceptabilité, présentent un grand intérêt à condition de les associer et d’en connaître les limites.

L'exploration endoscopique reste la référence pour identifier la présence d'une activité inflammatoire dans l'intestin et évaluer sa sévérité. Néanmoins, du fait de son caractère invasif, elle ne peut pas être répétée souvent.

La recherche de marqueurs non invasifs permettent donc de la compléter 4.

 

Les deux biomarqueurs de l’inflammation

La calprotectine fécale (CF) et la protéine C réactive (CRP) sont bien corrélées aux lésions et scores endoscopiques :

  • Elles présentent un intérêt aux différents stades de prise en charge.
  • Elles permettent de prédire la rechute et, pour la maladie de Crohn, la récurrence post-opératoire8,12 .

CF : calprotectine fécale ; CRP : protéine C reactive

CRP

CF

Elle est sécrétée par le foie après stimulation par l’interleukine 6 (IL-6)

  • Témoigne d’une inflammation systémique.
  • Est moins spécifique de l’inflammation intestinale que la CF8.

Il s’agit d’une protéine retrouvée dans les polynucléaires neutrophiles, les monocytes et les macrophages infiltrant la paroi du tube digestif

  • Peut être quantifiée à partir d’un simple échantillon de selles.
  • Reflète la sévérité de l’inflammation et des lésions du tube digestif.

Une réduction rapide des concentrations de CF est associée à une bonne réponse clinique sous biothérapie anti-TNF 8.

Avis de Florent Gonzalez dans la rectocolite hémorragique

La calprotectine fécale (CF) est d’un intérêt remarquable dans le suivi des MICI car c’est une technique simple, peu coûteuse, fiable et non invasive.
La variabilité intra-individuelle et les faux positifs de la CF sont néanmoins à connaître : infections ORL et gastroentérites, diverticulites, prise d’IPP et d’AINS, cancer colique, polypose, ulcères gastriques et oesophagites ulcéreuses, maladie coeliaque et mucoviscidose.
Il ne faut pas hésiter en cas de doute à renouveler le dosage ou à compléter d’une coloscopie.
Plusieurs seuils de CF* doivent être utilisés en fonction de la question que l’on se pose :

  • Pour faire la part entre une colopathie fonctionnelle et une MICI, le seuil serait à 50 μg/mL 13,
  • Pour prédire une réponse prolongée au traitement anti-TNF, le seuil est à 150 mg/kg 14,
  • Pour prédire la poussée de RCH, le seuil est à 250 μg/g 15,
  • Pour s’assurer d’un contrôle optimal de la maladie, le seuil serait à 150 μg/g 16.

IPP : inhibiteur de la pompe à protons
AINS : anti-infl ammatoire non stéroïdien
CF : calprotectine fécale
* Les seuils peuvent varier en fonction des marques de test de la CF

Avis de Florent Gonzalez dans la maladie de Crohn

La calprotectine fécale (CF) est d’un intérêt remarquable dans le suivi des MICI car c’est une technique simple, peu coûteuse, fiable et non invasive.
La variabilité intra-individuelle et les faux positifs de la CF sont néanmoins à connaître : infections ORL et gastroentérites, diverticulites, prise d’IPP et d’AINS, cancer colique, polypose, ulcères gastriques et oesophagites ulcéreuses, maladie caeliaque et mucoviscidose.
Il ne faut pas hésiter en cas de doute à renouveler le dosage ou à compléter d’une coloscopie.
Plusieurs seuils de CF* doivent être utilisés en fonction de la question que l’on se pose :

  • Pour prédire la poussée de la maladie de Crohn, le seuil est à 250 μg/g 15,
  • Pour prédire une cicatrisation dans la maladie de Crohn, le seuil est à 250 μg/g 17,
  • Pour faire la part entre une colopathie fonctionnelle et une MICI, le seuil serait à 50 μg/ml 13,
  • Pour prédire la rechute de Crohn après résection iléale, le seuil est à 100 μg/g 18,
  • Pour prédire une réponse prolongée au traitement anti-TNF, le seuil est à 150 mg/kg 14.

IPP : inhibiteur de la pompe à protons
AINS : anti-infl ammatoire non stéroïdien
CF : calprotectine fécale
* Les seuils peuvent varier en fonction des marques de test de la CF



À lire aussi

Échographie gastro-intestinale

Partenariats


  1. Bouguen G, Levesque BG, Feagan BG, et al. Treat to target: a proposed new paradigm for the management of Crohn’s disease. Clin Gastroenterol Hepatol 2015;13(6):1042-50.
  2. Darr U, Khan N. Treat to Target in Inflammatory Bowel Disease: An Updated Review of Literature. Curr Treat Options Gastroenterol. 2017;15(1):116-125.
  3. Liverani E, Scaioli E, Digby RJ, et al. How to predict clinical relapse in inflammatory bowel disease patients. World J Gastroenterol. 2016;22(3):1017-33.
  4. Peyrin-Biroulet L, Sandborn W, Sands BE, et al. Selecting Therapeutic Targets in Inflammatory Bowel Disease (STRIDE): Determining Therapeutic Goals for Treat-to-Target. Am J Gastroenterol. 2015;110(9):1324-38.
  5. Meucci G et al. Prognostic significance of endoscopic remission in patients with active ulcerative colitis treated with oral and topical mesalazine : a prospective, multicenter study. Inflamm Bowel Dis. 2012 Jun;18(6):1006-10.
  6. Colombel J-F, Keir ME, Scherl A, et al. Discrepancies between patient-reported outcomes, and endoscopic and histological appearance in UC. Gut. 2016,66(12)2063-2068.
  7. Halpin SJ et al. Prevalence of symptoms meeting criteria for irritable bowel syndrome in inflammatory bowel disease: systematic review and meta-analysis. The American Journal of Gastroenterology 2012:107;1474-1482
  8. Chang S, Malter L, Hudesman D. Disease monitoring in inflammatory bowel disease. World J Gastroenterol. 2015;21(40):11246-59.
  9. Peyrin-Biroulet et al. Clinical disease activity, C-reactive protein normalisation and mucosal healing in Crohn’s disease in the SONIC trial. Gut, 2014 Jan;63(1):88-95.
  10. Schoepfer AM, et al. Fecal calprotectin correlates more closely with the Simple Endoscopic Score for Crohn’s disease (SES-CD) than CRP, blood leukocytes, and the CDAI. Am J Gastroenterol 2010;105:162-9.
  11. Boschetti G, et al. Levels of Fecal Calprotectin Are Associated With the Severity of Postoperative Endoscopic Recurrence in Asymptomatic Patients With Crohn’s Disease. Am J Gastroenterol 2015;110(6):865-72.
  12. Roblin X, Cavaille A, Clavel L, Paul S. Intérêt des biomarqueurs dans la prise en charge des MICI. Presse Med. 2014;43(1):66-73.
  13. Schoepfer AM, Trummler M, Seeholzer P, Seibold-Schmid B, Seibold F. Discriminating IBD from IBS: comparison of the test performance of fecal markers, blood leukocytes, CRP, and IBD antibodies. Inflamm Bowel Dis 2008;14:32-9.
  14. Molander P, af Björkesten CG, Mustonen H, et al. Fecal calprotectin concentration predicts outcome in inflammatory bowel disease after induction therapy with TNF alpha blocking agents. Inflamm Bowel Dis 2012;18:2011-7.
  15. Nancey S, Boschetti G, Moussata D, et al. Neopterin is a novel reliable fecal marker as accurate as calprotectin for predicting endoscopic disease activity in patients with inflammatory bowel diseases. Inflamm Bowel Dis 2013;19:1043-52.
  16. Guardiola, J., Lobatón, T. and Rodríguez-Alonso, L. (2014) et al. Fecal Level of Calprotectin Identifies Histologic Inflammation in Patients With Ulcerative Colitis in Clinical and Endoscopic Remission. Clinical Gastroenterology and Hepatology, 12(11):1865-1870.
  17. D’Haens G, Ferrante M, Vermeire S, et al. Fecal calprotectin is a surrogate marker for endoscopic lesions in inflammatory bowel disease. Inflamm Bowel Dis.2012;18(12):2218-24.
  18. Mao R, Xiao YL, Gao X, et al. Fecal calprotectin in predicting relapse of inflammatory bowel diseases: a meta-analysis of prospective studies. Inflamm Bowel Dis 2012;18:1894-9.

FR-IMMG-190054 - 03/2020