Définition du concept Treat to Target

Le concept de « Treat-to-target » (traiter en se fixant une cible)

  • Il est apparu initialement dans la polyarthrite rhumatoïde (PR).
  • Il a permis d’améliorer le devenir des patients et d’éviter la destruction articulaire.
  • Il a été adapté aux MICI en raison de certaines analogies avec la PR1.

Le principe

  1. Une évaluation initiale de la maladie visant à identifier les facteurs de risque de progression et les enjeux du traitement afin de se fixer des objectifs thérapeutiques adaptés (target).
  2. Un suivi régulier (monitoring) de l’activité clinique de la maladie et des marqueurs objectifs de l’inflammation (endoscopie, marqueurs biologiques) dont la valeur pronostique est démontrée.
  3. Une adaptation du traitement jusqu’à ce que les objectifs thérapeutiques soient atteints.

Avec pour buts de réduire le nombre de poussées, d’éviter la destruction intestinale et la chirurgie et de limiter au maximum le handicap fonctionnel 1,2.

 

De nouveaux objectifs

  • La rémission clinique, objectif principal et incontestable du traitement, mais désormais insuffisante. En effet, en dépit d’un traitement efficace qui pourrait garantir la rémission clinique, un degré d’inflammation infraclinique peut persister dans la muqueuse intestinale, contribuant à un risque de rechute et de complications 1,3.
  • La rémission profonde avec la cicatrisation muqueuse endoscopique.  Il a été démontré que l’atteinte de cet objectif est associée à de meilleurs résultats : incidence plus faible des rechutes, des hospitalisations et du recours à la chirurgie 2,4.

     

Avis de Florent Gonzalez dans la rectocolite hémorragique

Au cours de la rectocolite hémorragique, le suivi évolutif de la maladie et la décision d’optimiser ou de modifier un traitement ne peuvent être fondés uniquement sur la clinique, car celle-ci peut être trompeuse. En effet, une activité endoscopique (Mayo-score endoscopique ≥ 2) persiste chez certains patients en rémission clinique5.

À l’inverse, d’autres se plaignent de rectorragies et d’une accélération du transit résiduelles alors que la muqueuse colique est cicatrisée (Mayo-score endoscopique ≤ 1)6.

Des manifestations apparentées à des troubles fonctionnels intestinaux demeurent chez environ un tiers des malades qui présentent pourtant une cicatrisation endoscopique7.

Si obtenir une cicatrisation de l’intestin constitue désormais un des objectifs principaux du traitement de la rectocolite hémorragique, en plus de la disparition des rectorragies et de la diarrhée, on ne peut cependant répéter indéfiniment les coloscopies au cours du suivi4.

Aussi, l’utilisation plus large de marqueurs biologiques non invasifs (calprotectine fécale par exemple) qui ont montré une excellente valeur pronostique et une bonne corrélation avec l’endoscopie s’avère pertinente pour le suivi régulier des patients8.

Avis de Florent Gonzalez dans la maladie de Crohn

Au cours de la maladie de Crohn, le suivi évolutif de la maladie et la décision d’optimiser ou de modifier un traitement ne peuvent être fondés uniquement sur la clinique, car celle-ci peut être trompeuse. En effet, des ulcérations endoscopiques persistent chez un malade sur deux en rémission clinique9.

À l’inverse, des manifestations apparentées à des troubles fonctionnels intestinaux demeurent chez environ un tiers des malades qui présentent pourtant une cicatrisation endoscopique7,9.

Si obtenir une cicatrisation de l’intestin constitue désormais un des objectifs principaux du traitement de la maladie de Crohn, en plus de la disparition des douleurs et de la diarrhée, on ne peut cependant répéter indéfiniment les coloscopies au cours du suivi 4.

Aussi, l’utilisation plus large de marqueurs biologiques non invasifs (calprotectine fécale par exemple) qui ont montré une excellente valeur pronostique et une bonne corrélation avec l’endoscopie s’avère pertinente pour le suivi régulier des patients 10,11.



À lire aussi

Échographie gastro-intestinale

Partenariats


  1. Bouguen G, Levesque BG, Feagan BG, et al. Treat to target: a proposed new paradigm for the management of Crohn’s disease. Clin Gastroenterol Hepatol 2015;13(6):1042-50.
  2. Darr U, Khan N. Treat to Target in Inflammatory Bowel Disease: An Updated Review of Literature. Curr Treat Options Gastroenterol. 2017;15(1):116-125.
  3. Liverani E, Scaioli E, Digby RJ, et al. How to predict clinical relapse in inflammatory bowel disease patients. World J Gastroenterol. 2016;22(3):1017-33.
  4. Peyrin-Biroulet L, Sandborn W, Sands BE, et al. Selecting Therapeutic Targets in Inflammatory Bowel Disease (STRIDE): Determining Therapeutic Goals for Treat-to-Target. Am J Gastroenterol. 2015;110(9):1324-38.
  5. Meucci G et al. Prognostic significance of endoscopic remission in patients with active ulcerative colitis treated with oral and topical mesalazine : a prospective, multicenter study. Inflamm Bowel Dis. 2012 Jun;18(6):1006-10.
  6. Colombel J-F, Keir ME, Scherl A, et al. Discrepancies between patient-reported outcomes, and endoscopic and histological appearance in UC. Gut. 2016,66(12)2063-2068.
  7. Halpin SJ et al. Prevalence of symptoms meeting criteria for irritable bowel syndrome in inflammatory bowel disease: systematic review and meta-analysis. The American Journal of Gastroenterology 2012:107;1474-1482
  8. Chang S, Malter L, Hudesman D. Disease monitoring in inflammatory bowel disease. World J Gastroenterol. 2015;21(40):11246-59.
  9. Peyrin-Biroulet et al. Clinical disease activity, C-reactive protein normalisation and mucosal healing in Crohn’s disease in the SONIC trial. Gut, 2014 Jan;63(1):88-95.
  10. Schoepfer AM, et al. Fecal calprotectin correlates more closely with the Simple Endoscopic Score for Crohn’s disease (SES-CD) than CRP, blood leukocytes, and the CDAI. Am J Gastroenterol 2010;105:162-9.
  11. Boschetti G, et al. Levels of Fecal Calprotectin Are Associated With the Severity of Postoperative Endoscopic Recurrence in Asymptomatic Patients With Crohn’s Disease. Am J Gastroenterol 2015;110(6):865-72.
  12. Roblin X, Cavaille A, Clavel L, Paul S. Intérêt des biomarqueurs dans la prise en charge des MICI. Presse Med. 2014;43(1):66-73.
  13. Schoepfer AM, Trummler M, Seeholzer P, Seibold-Schmid B, Seibold F. Discriminating IBD from IBS: comparison of the test performance of fecal markers, blood leukocytes, CRP, and IBD antibodies. Inflamm Bowel Dis 2008;14:32-9.
  14. Molander P, af Björkesten CG, Mustonen H, et al. Fecal calprotectin concentration predicts outcome in inflammatory bowel disease after induction therapy with TNF alpha blocking agents. Inflamm Bowel Dis 2012;18:2011-7.
  15. Nancey S, Boschetti G, Moussata D, et al. Neopterin is a novel reliable fecal marker as accurate as calprotectin for predicting endoscopic disease activity in patients with inflammatory bowel diseases. Inflamm Bowel Dis 2013;19:1043-52.
  16. Guardiola, J., Lobatón, T. and Rodríguez-Alonso, L. (2014) et al. Fecal Level of Calprotectin Identifies Histologic Inflammation in Patients With Ulcerative Colitis in Clinical and Endoscopic Remission. Clinical Gastroenterology and Hepatology, 12(11):1865-1870.
  17. D’Haens G, Ferrante M, Vermeire S, et al. Fecal calprotectin is a surrogate marker for endoscopic lesions in inflammatory bowel disease. Inflamm Bowel Dis.2012;18(12):2218-24.
  18. Mao R, Xiao YL, Gao X, et al. Fecal calprotectin in predicting relapse of inflammatory bowel diseases: a meta-analysis of prospective studies. Inflamm Bowel Dis 2012;18:1894-9.

FR-IMMG-190054 - 03/2020