4. Diagnostic


Symptômes les plus fréquents8

Triade classique8

Autres symptômes fréquents8

  • Douleurs abdominales
  • Diarrhées chroniques
  • Perte de poids
  • Retard de croissance (cytokines pro-inflammatoires circulantes, anorexie, malabsorption, pertes digestives ...)6,8
  • Anémie
  • Fièvre
  • Possibles manifestations extra-digestives

 

Outils diagnostiques8,9

  • Imagerie

Endoscopie : étape clé du diagnostic, réalisée sous anesthésie générale8,9

Radiologie : entero-IRM8

  • Biologie (marqueurs de l’inflammation)

Marqueurs sériques. Ex : augmentation de la CRP, de la vitesse de sédimentation, NFS, albuminémie 8,9

Marqueurs fécaux. Ex : calprotectine 8

  • Anatomopathologie :

Histologie. Biopsies multiples de tous les segments 8,9

 

5. Atteinte du tube digestif dans la maladie de Crohn pédiatrique

Les lésions sont généralement plus étendues et la maladie considérée comme plus évolutive chez l’enfant que chez l’adulte 6

 

6. Pourquoi traiter ?

Il est nécessaire de traiter pour 3 objectifs principaux2,9,10

Agir sur la maladie

  • Induire et maintenir une rémission9
  • Prévenir les rechutes2
  • Détecter et traiter précocement les complications de l’histoire naturelle de la maladie2

Maintenir une vie sociale

  • Améliorer la qualité de vie2

Préserver la croissance

  • Permettre une croissance satisfaisante2
  • Veiller à maintenir un état nutritionnel correct2
  • Assurer le développement pubertaire10

 

7. Comment traiter ? 10,11

La prise en charge thérapeutique pédiatrique est spécifique et différente de celle des adultes. Il n’y a pas de traitement curatif à ce jour.

Se référer aux RCP des différentes molécules pour le détail de l'âge à partir duquel ces traitements peuvent être utilisés.

 

Principales options de traitement Principales caractéristiques
INDUCTION
Pour plus d’informations, se référer aux Résumés des Caractéristiques des Produits des différentes molécules autorisées en France
Nutrition entérale exclusive
  • Généralement utilisée en 1ère intention pour le traitement des poussées11
  • A démontré sa capacité à induire une rémission10,11
  • Taux de rémission clinique d’environ 80%, soit une efficacité comparable à celle de la corticothérapie10,11
  • Permet également une amélioration du statut nutritionnel10
Corticothérapie
  • À éviter, dans la mesure du possible, à cause des répercussions possibles sur la croissance11
  • Peut être utilisée si la nutrition entérale exclusive n’est pas envisageable pour induire une rémission en cas de maladie de Crohn modérée à sévère11
  • Taux de rémission clinique d’environ 80% 10
  • Traitement non adapté en phase de maintenance ou en entretien10,11

ENTRETIEN
Pour plus d’informations, se référer aux Résumés des Caractéristiques des Produits des différentes molécules autorisées en France

5-ASA
  • En poussées et en prévention des rechutes d’intensité faible à modérée ou en cas d’atteinte colique 14
Thiopurines
  • Ont démontré leur efficacité en traitement d’entretien 10,11
Anti-TNFα
  • Utilisés en traitement de seconde intention dans la maladie de Crohn pédiatrique modérée à sévère 11

 

Les indications chirurgicales sont à réserver aux atteintes sévères et/ou en cas d’échec des traitements médicamenteux 6

 

8. De l’adolescent à l’adulte

La transition est un processus ininterrompu et coordonné 12,13. Elle concerne de plus en plus d’enfants et d’adolescents4.

La transition étant une période complexe, elle doit être initiée le plus tôt possible durant l’adolescence afin de lever et anticiper au mieux les freins liés à la maladie, à sa famille et à l’équipe médicale 6,13.

Une acquisition de compétences nécessaire par l’adolescent principalement sur 12, 13

Une collaboration indispensable entre tous les acteurs 13

  • La maladie
  • Les traitements
  • L’autonomie
  • La communication avec les professionnels de santé
  • Professionnels de santé adulte et enfant
  • Adolescents
  • Parents


À lire aussi

Échographie gastro-intestinale

Partenariats


  1. Gasparetto M, Guariso G. Highlights in IBD Epidemiology and Its Natural History in the Paediatric Age. Gastroenterology Research and Practice. 2013;1-12.
  2. Guide - affection de longue durée. HAS. Maladie de Crohn. Mai 2008.
  3. Guide - affection de longue durée. HAS. Rectocolite hémorragique évolutive. Mai 2008.
  4. Barnes EL. et al. Increasing Incidence of Pediatric Inflammatory Bowel Disease in France: Implications for Etiology, Diagnosis, Prognosis, and Treatment. Am J Gastroenterol 2018; 113:273–275.
  5. Site internet AFA, site consulté le 20/01/2020. https://www.afa.asso.fr/article/maladie-de-crohn-rch/rectocolite-hemorragique/frequence-et-symptomes.html. 
  6. Hugot JP. Particularités des maladies inflammatoires chroniques intestinales de l’enfant. mt pédiatrie 2011 ; 14 (3) : 171-9.
  7. Olieira SB. et al. Diagnosis and management of inflammatory bowel disease in children. BMJ 2017;357:j2083.
  8. Levine A, Koletzko S, Turner D, Escher J, Cucchiara S. ESPGHAN Revised Porto Criteria for the Diagnosis of Inflammatory Bowel Disease in Children and Adolescents. Journal of Pediatric Gastroenterology and Nutrition. 2014;58(6):795-806.
  9. Day A. et al. Crohn’s and colitis in children and adolescents. World Journal of Gastroenterology. 2012;18(41):5862-69.
  10. Guariso.G, Gasparetto.M Treating children with inflammatory bowel disease : Current and new perspectives. World J Gastroenterol 2017; 23(30): 5469-5485
  11. Ruemmele F. et al. Consensus guidelines of ECCO/ESPGHAN on the medical management of pediatric Crohn’s disease. Journal of Crohn’s and Colitis. 2014;8(10):1179-1207.
  12. Stollon N. et al. Chronological age when healthcare transition skills are mastered in adolescents/young adults with inflammatory bowel disease. World J Gastroenterol 2017 ; 23(18): 3349-3355.
  13. Van Rheenen PF et al. European Crohn’s and Colitis Organisation Topical Review on Transitional Care in Inflammatory Bowel Disease. Journal of Crohn’s and Colitis, 2017, 1032–1038.
  14. HAS avis de la commission de la transparence 24 juillet 2013.

FR-IMMG-190051 - 03/2020